Les chiffres fous de la Diagonale des Fous

5


3

Comme le nombre de décès enregistrés depuis le début de la course, à chaque fois pour des chutes dans des ravins. Le dernier remonte à 2012, tandis que l’année noire était intervenue en 2002, avec deux décès lors de la même édition.

4

Comme le nombre de succès accumulés par Jean-Philippe Marie-Louise, le recordman du nombre de victoires finales (1992, 1994, 1995 et 1996). Mais à l’époque, le parcours ne faisait « que » 130 km environ. Dans son format actuel supérieur à 160 km, c’est le Français François D’Haene qui compte le plus de succès, lui qui est venu s’imposer en 2013, 2014 et 2016.

29

Comme l’âge de la Diagonale des Fous, créée en 1989. Elle s’appelait alors la Marche des Cimes. De 1990 à 1992, elle a été baptisée La Grande Traversée, avant de devenir la Course de la Pleine Lune en 1993 et de prendre son nom actuel du grand Raid l’année suivante.

164,6

C’est, en kilomètres, la distance séparant Saint-Pierre, au nord de l’île, point de départ de la course, du stade de la Redoute de Saint-Denis de la Réunion, théâtre d’une arrivée festive qui s’étale sur plusieurs jours, le temps d’accueillir les premiers comme les derniers. 20 pointages électroniques sont placés le long du parcours, avec des barrières horaires à respecter, sous peine de disqualification.


23h44

C’est le temps mis par François D’Haene, l’une des références mondiales de l’ultra-trail – qui vient d’ailleurs de pulvériser le record du John Muir Trail (359 km et 14000 m de D+ en 68 h 30) en Californie – pour boucler en tête l’édition 2016. Le dernier classé a mis lui quasiment 66 heures, soit près de trois jours. L’an dernier, environ 70% des concurrents avaient réussi à boucler la boucle.

1000

C’est, en euros, la somme remportée par le lauréat – et la lauréate – de la Diagonale des Fous. Vous ne trouverez donc pas de mercenaires sur cette épreuve.

2206

C’est, en mètres, le point culminant de cette Diagonale des Fous, le coteau Kerveguen. Le point culminant se situe beaucoup plus haut sur le Trail de Bourbon puisque les coureurs doivent aller jusqu’au Gîte du Piton des Neiges, situé à 2478 mètres d’altitude. 

Aujourd’hui retrait des dossards pour les coureurs du #GranRaid et après venez jouer dans « la kour » de #LaReunion#GrandRaid2017 #team974 pic.twitter.com/3AVJZo90wl

— DAMBREVILLE Jimmy (@jimdamb974) 18 octobre 2017

2677

C’est le nombre de participants au grand Raid en 2017, contre 2496 l’an dernier. Au total, ils seront même plus de 6000 en incluant les trois autres formats de course : le Trail de Bourbon (111 km et 6500 m de D+), la Mascareignes (65 km avec 3500 m de D+) et, nouveauté, le relais Zembrocal (185 km avec 10600 m de D+ par équipes de trois)

9868

Cela représente, en mètres, le dénivelé positif cumulé de l’épreuve. Chez les traileurs, une règle stipule que 100 m de dénivelé positif équivalent à un kilomètre de plus à parcourir en termes d’effort. Partant de ce constat, la Diagonale des Fous est en fait une course de 262 km.

12 150

C’est, en kilogrammes, le poids du matériel et des denrées nécessaires pour nourrir, faire boire, soigner et accueillir dans de bonnes conditions les participants. Dans le détail, cela donne 9,5 t de denrées alimentaires, 2,5 t pour la logistique et 150 kg de matériel de transmissions, les sites étant approvisionnés par plusieurs hélicoptères, plus d’une vingtaine de véhicules et fourgons et 12 bus.

22 700

Le nombre de litres d’eau disséminés tout au long du parcours de la Diagonale des Fous pour hydrater les participants. On peut aussi citer d’autres chiffres pharaoniques nécessaires aux ravitaillements : 14 000 bananes, 800 kg d’oranges, 1860 kg de cuisses de poulet, 7500 yaourts…

Bon courage à tous les coureurs du #GrandRaid Good luck to all the runners! @GrandRaid974 @ultratrailwtour #gotoreunion #LaReunion pic.twitter.com/dtZh4QREJI

— Réunion Tourisme (@ReunionTourisme) 18 octobre 2017

Qui pour succéder à François D’Haene au palmarès

En l’absence de François D’Haene, le Français trois fois vainqueur à Saint-Denis, et de l’Espagnol Killian Jornet, son pendant extraterrestre de la redoutable team Salomon, l’édition 2017 pourrait être ouverte et consacrer celui qui avait déjà triomphé en 2015, Antoine Guillon. 

Très expérimenté, l’athlète de 47 ans, qui a bouclé ce parcours interminable à dix reprises et connait le terrain comme sa poche, a une science de cette course bien au-dessus de Xavier Thévenard, le Jurassien qui avait remporté l’Ultra-trail du Mont-Blanc en 2013 et 2015. Peut-il faire valoir ses qualités sur ce terrain abrupt et traumatisant?

Autre vainqueur de l’UTMB, en 2016, un troisième Français s’avance avec de bonnes chances : Ludovic Pommeret. Et côté tricolore, il ne faut pas sous-estimer Julien Chorier ou, le local de l’étape, Freddy Thévenin.

À moins que l’invité de dernière minute venu des Etats-Unis ne bouleverse les pronostics. Détenteur de nombreux records outre-Atlantique, Jim Walmsley, qui a fait une première moitié d’UTMB 2017 tonitruante, sera présent à la Réunion.

Arnaud CLEMENT



http://www.leprogres.fr/sports/2017/10/19/les-chiffres-fous-de-la-diagonale-des-fous Lire la suite

Commentaire facebook