Les déficits dans la mire des nouveaux maîtres de Bercy

20


Bruno Le Maire et Gérald Darmanin ont pris possession de Bercy mercredi en insistant sur la nécessité pour la France de tenir ses engagements européens en matière de baisse du déficit public. M. Le Maire se rendra dès lundi à Berlin pour des entretiens avec son homologue allemand, Wolfgang Schäuble.


Les deux nouveaux ministres – de l’économie et des finances pour le premier, de l’action et des comptes publics pour le second – à la tête des finances de l’Etat ont donné le ton de leur action future, quelques heures après leur nomination dans le gouvernement d’Edouard Philippe, qui a été suivie immédiatement de l’annonce de leur exclusion du parti Les Républicains. Comme le président Emmanuel Macron en début de semaine, le ministre de l’économie Bruno Le Maire a annoncé que son premier déplacement serait à Berlin lundi, pour des entretiens avec son homologue allemand, Wolfgang Schäuble, avec qui il se rendra dans la foulée à Bruxelles pour une réunion de l’Eurogroupe. La visite en Allemagne a pour objet de « discuter de l’avenir de la construction européenne et des moyens de donner une véritable impulsion, concrète, nouvelle, à l’intégration de la zone euro ». « Je suis sûr qu’ensemble nous ferons du bon travail, a-t-il dit. Ce bon travail, il suppose que la France tienne ses comptes publics et qu’elle tienne ses engagements vis-à-vis de ses partenaires européens. » « [Il faut] que la nation française arrête de dépenser plus d’argent qu’elle n’en gagne et de dépenser plus de richesse qu’elle ne parvient à en créer. C’est ce qui nous permettra de retrouver de la puissance économique et de la crédibilité politique aux yeux de nos partenaires », a souligné M. Le Maire. La France s’est engagée à ramener cette année son déficit public sous 3 % de sa richesse nationale, soit 0,4 point de moins qu’en 2016, un objectif auquel la Commission européenne croit tout juste.

Le ministre de l’action et des comptes publics, Gérald Darmanin, a déclaré de son côté que la feuille de route des nouveaux locataires de Bercy était « toute claire : nous devons rassurer nos partenaires européens ». Il a dit aussi « l’attachement qui est [le sien] à la fonction publique » lors de sa passation des pouvoirs avec Annick Girardin au…



Source: http://www.lemonde.fr/economie-francaise/article/2017/05/18/les-deficits-dans-la-mire-des-nouveaux-maitres-de-bercy_5129732_1656968.html

Commentaire facebook